Ecolo leuze lance les Dimanches Participatifs Leuzois

Pour ecolo la politique locale plus que toute autre doit être participative

Publié le lundi 30 octobre 2017

La démocratie participative est une nécessité absolue, au niveau communal plus encore qu’ailleurs !

Pour 2018, nous souhaitons proposer un projet POUR les leuzois mais surtout AVEC les leuzois.

C’est dans cette optique que nous organisons notre premier Dimanche Participatif Leuzois (DPL) ce 5 novembre à la maison de Village de Willaupuis. Les citoyens sont invités à venir exprimer leurs priorités mais aussi et surtout à venir proposer des solutions pour améliorer la vie dans la commune.

Lors de cette première rencontre, des tables de travail thématiques seront organisées autour de 3 sujets principaux : la mobilité, le cadre de vie et les circuits courts.

Cette rencontre sera suivie d’un moment convivial pour ceux qui souhaitent prolonger les échanges.

Infos : ecolo.leuze@gmail.com

 

Reconversion du Manoir, un débat est nécessaire !

Ecolo a aujourd’hui montré son mécontentement quand à la gestion de la reconversion du Manoir en déployant une banderole sur ce bâtiment, réclamant que le projet implique les citoyens et surtout que l’on arrête de planter des grandes surfaces partout dans Leuze. Si nous reconnaissons l’utilité de ces grandes surfaces, Leuze dispose déjà de 4 d’entres elles ! Ecolo souhaite que l’on favorise aujourd’hui le commerce de proximité afin de redynamiser les quartiers, comme le Bois Blanc, et le centre ville mais aussi que l’aspect résidentiel de la rue soit conservé.

Publié le jeudi 5 octobre 2017

Depuis quelques semaines, l’ancien hôpital de Leuze, aussi appelé « le Manoir », est vide. Les employés du CPAS ont, en effet, déménagé ce lundi 11 septembre pour rejoindre le nouveau bâtiment du Home Henri Destrebecq. Mais, que va donc devenir cet ancien hôpital appartenant au CPAS ? Des rumeurs font état de l’installation d’une grande surface supplémentaire (Aldi, pour ne pas la citer). Ce serait la seconde tentative du président de CPAS, M. Rawart d’installer un Aldi à Leuze, le premier projet sur Vieux-Leuze ayant échoué il y a quelques années. Mais d’où vient l’amour invétéré de M. Rawart pour l’enseigne allemande ? Pour arriver à ces fins, M. Rawart n’y va pas de main morte : il a réussi à convaincre les conseillers du CPAS de signer un accord d’exclusivité de vente du Manoir, pour une durée de 18 mois, avec une agence immobilière avec qui Aldi travaille habituellement ; histoire qu’Aldi puisse en toute tranquillité s’assurer de recevoir toutes les autorisations requises. Jamais une petite annonce de vente du Manoir n’a été publiée afin de surtout ne pas faire jouer la concurrence ! Mais chut, ces tractations se font dans le plus grand secret ! Mais bien au-delà de la forme, passons au fond de l’affaire. Au vu du succès du marché des producteurs organisé chaque premier dimanche du mois, est-ce d’une nouvelle grande surface dont Leuze a besoin ? Pour Ecolo, la réponse est évidente ! Notre ville compte déjà suffisamment d’enseignes de grande distribution. Si de nouveaux commerces doivent voir le jour à Leuze, nous plaidons pour des commerces de proximité offrant des produits locaux avec une rémunération juste pour les producteurs. Une façon de créer de la richesse localement ! D’autres possibilités de reconversion sont également possibles : un quartier durable (de taille raisonnable cette fois), accueil de personnes fragilisées, plaine de jeux, parc, parking, … Posons-nous finalement la question : est-ce légitime que M. Rawart, en fin de carrière politique, décide seul du devenir d’un site tel que celui-là ? Poser la question, c’est y répondre ! Ecolo appelle à ce que l’avenir du Manoir soit construit pour et avec les citoyens !

 

Ne bradons pas l’espace au centre-ville leuzois !

Publié le lundi 3 juillet 2017

Nous avons appris récemment que des négociations relatives à la vente du bâtiment "Le Manoir" propriété du CPAS étaient en cours depuis plusieurs mois via le président du CPAS, M. Rawart.

Nous apprécions qu’un comité de transaction ait fixé le prix minimum de la transaction, bien que la communication de ce prix plancher ne soit pas forcément judicieuse en terme de stratégie de vente. Nous sommes aussi tout à fait d’accord et conscients que ce bâtiment ne peut devenir un nouveau chancre urbain et que sa reconversion aussitôt après le déménagement des derniers pensionnaires est indispensable. Nous comprenons aussi que ce type de transaction ne peut être exposé en temps réel sur la place publique et qu’une certaine discrétion est obligatoire. Par contre, les incessants bruits de couloir qui nous parviennent font état de discussions déjà très avancées avec le groupe ALDI pour l’implantation d’un supermarché sur le site. Alors qu’un Lidl est en construction 50m plus haut, cette option n’a aucun sens ! Pour Ecolo, il n’est pas acceptable qu’un nouveau supermarché ou un mini centre commercial vienne ici encore concurrencer le commerce local. D’autant que la situation particulièrement adéquate du lieu et notamment sa proximité de la gare incite à y créer un lieu d’habitat idéalement mixte et durable, permettant d’expérimenter à petite échelle le concept de "nouveau quartier durable" que certains appellent de leurs vœux à Leuze. D’autres demandes se font également entendre dans la population, une maison de santé, un lieu d’accueil pour personnes handicapées, une plaine de jeu,… Le quartier du bois blanc a bien besoin d’être redynamisé et ce terrain représente une opportunité unique de le faire ! Enfin, il y a la manière ! Il semble que le président du CPAS ait au terme d’une présentation très succincte en conseil du CPAS (qui a malheureusement approuvé cette décision) fait le choix de déjà consentir à une option d’achat de 18 mois sur le site. Ceci signifie que sans aucune concertation avec les citoyens ni même avec le conseil communal, Mr Rawart soit sur le point en fin de mandat et peut-être en fin de carrière politique de décider de l’affectation d’un terrain en centre-ville pour les 40 ou 50 prochaines années. Ce comportement et cette absence de concertation sont inacceptables !

Samuel Batteux, Ingrid Deregnaucourt, Baptiste Leroy Coprésidents de la locale Ecolo de Leuze-en-Hainaut

 

Les Ecolos de Leuze dévoilent leurs têtes de liste pour 2018 mais pas que...

Publié le vendredi 2 juin 2017

Lors des élections communales de 2018, Ecolo Leuze entend porter le débat sur plusieurs thèmes qui semblent importants pour les leuzois. Ces thèmes ont été choisis sur base de la volonté des citoyens qui composent le groupe mais également sur base des rencontres faites ces dernières années lors des nombreuses activités de rencontre que le groupe a menées sur Leuze.

De ces thèmes, trois sont dévoilés aujourd’hui :

Amélioration du cadre de vie. Ce thème revient comme la préoccupation majeure des leuzois, que ce soit lors des discussions avec eux ou via les formulaires que nous avons collectés, notamment lors des distributions d’arbustes ces dernières années. Notre commune est perçue comme sale et peu attrayante, et de lourdes inquiétudes pèsent quant au maintien de son caractère rural (notamment liées au projet de quartier nouveau et à la constante extension des zonings).

Ecolo propose :
-  de verdir la ville et de repenser les aménagements urbains afin d’en faciliter l’entretien !
-  de (re)lancer le plan « commune maya »
-  de mettre fin au pillage des ressources agricoles en favorisant la rénovation des bâtiments urbains à l’abandon
-  de sensibiliser la population (surtout les plus jeunes !) à la propreté et au respect de l’environnement
-  de mettre en place une réelle politique de réduction des déchets chez les particuliers comme dans la sphère publique Nous nous attendons évidemment à ce que comme en 2012 un lapin blanc sorte d’un chapeau de magicien avec une pancarte « réaménagement de la grand place » autour du cou. Ecolo sera attentif à ce que les usagers (en ce compris les commerçants et les riverains) soient des acteurs et non des victimes de cette nécessaire rénovation.

Mobilité La mobilité est une priorité pour de nombreuses personnes qui souhaitent pouvoir se déplacer en toute sécurité et de façon efficace à Leuze. La mobilité douce notamment puisque beaucoup de leuzois souhaitent abandonner la voiture aussi souvent que possible et laisser leurs enfants circuler en vélo sans crainte. La configuration de notre ville devrait favoriser les navetteurs plutôt que de les décourager avec des problèmes de parking. Les commerces centralisés devraient redevenir attractifs. La situation désastreuse des personnes à mobilité réduite (PMR) doit être prise en compte systématiquement dans tous les aménagements.

Ecolo propose :

-  de créer partout où c’est nécessaire, des pistes cyclables, sentiers, Ravel afin que toute la commune devienne effectivement cyclable.
-  de sécuriser les abords des lieux de vie, grand place, salles de sport, écoles, bibliothèque, en y aménageant la circulation.
-  de réaménager les zones de difficulté des PMR (trottoirs, accès à certains bâtiments,…). La situation de la gare est notamment insupportable sur ce point !

Soutien aux producteurs locaux. Dans notre commune comme ailleurs, le souhait de retour aux produits sains, locaux et favorables à l’environnement est un fait indiscutable. La commune dispose ici de nombreux leviers. Il n’est plus possible aujourd’hui que dans le chef d’un responsable communal le local ne soit pas un réflexe !

Ecolo propose :

-  de soutenir (par la mise à disposition de locaux, la publicité, etc.) les groupes d’achats locaux.
-  de privilégier, dans TOUS les marchés publics de la commune les producteurs locaux, y compris dans les cantines scolaires !
-  de soutenir les initiatives citoyennes de nature à favoriser l’activité économique locale, telles que par exemple le développement d’une monnaie complémentaire.

Au sein même de ces 3 thèmes, ainsi que de ceux qui suivront prochainement, Ecolo entend également défendre trois préoccupations majeures :

la jeunesse et la petite enfance. Les jeunes doivent être une cible prioritaire tant en terme de mobilité (accès cyclables et sécurisés aux écoles, terrains de sport, bibliothèque,…) que d’amélioration du cadre de vie (propreté et tri à l’école, politique de réduction des déchets) et de consommation saine et responsable (cantine 100% produits locaux). Les écoles, les clubs de sport, les lieux d’accueil temps libre, ou les lieux d’accueil de la petite enfance (crèche et accueillant.e.s) sont à ce titre des lieux privilégiés d’intervention.

 La démocratie participative. Nous ne sommes pas des politiciens ! Nous sommes des citoyens qui nous occupons de politique ! Il est temps que les citoyens retrouvent leur place à la table décisionnelle. Dans chacune de nos propositions, nous souhaitons que les citoyens puissent donner leur avis et que celui-ci soit écouté !

Le soutien aux plus précarisés. La précarité gagne du terrain partout en Europe et Leuze n’échappe pas à la spirale. Il est nécessaire que la commune soit au plus près des personnes en difficulté. Nos propositions concrètes seront toujours formulées au travers de ce prisme afin que les avancées soient accessibles à tous. Si une cantine 100% locale voit le jour ce sera SANS surcoût pour les familles ! Les politiques de réduction des déchets doivent également se faire au bénéfice des plus faibles (personnes âgées, familles monoparentale, allocataires sociaux,…).

Ce projet se veut inclusif et tous ceux qui souhaitent y participer, et qui s’inscrivent dans les valeurs portées par le groupe leuzois d’Ecolo, sont les bienvenus aux côtés d’Ingrid et Baptiste, nos têtes de listes, pour le faire grandir et le mener à bien de 2018 à 2024. N’hésitez pas à vous manifester en nous envoyant un mail !

Samuel Batteux, Ingrid Deregnaucourt, Baptiste Leroy Co-présidents de la locale Ecolo de Leuze-en-Hainaut

 

Fin de conseil surréaliste ce 20 décembre 2016 !

Publié le vendredi 23 décembre 2016

Pour des raisons qui demeurent étonnantes (voir plus bas) le Bourgmestre a demandé, en fin de séance (vers 23h00), le vote en urgence du Rapport Urbanistique et Environnemental (R.U.E.) relatif au nouveau quartier Bon Air.

Le MR est intervenu :
- "un tel dossier, fondamental pour Leuze et qui l’engage sur le long terme, ne devrait pas passer en urgence" (Cornillie)
- " le projet est de taille démesurée et est beaucoup trop excentré (!?)" (Rawart)
- "la majorité des Leuzois n’en veulent pas" (Fontaine, qui avoue avoir pris conscience de l’ampleur du projet sur Notélé, quelques jours plus tôt (vers le reportage de Notélé)).

Ce désaccord flagrant au sujet d’un projet qu’on nous dit porté par la majorité étonne et contraste avec ce qu’on peut lire dans l’introduction de ce fameux R.U.E. : "La Ville de Leuze-en-Hainaut souhaitant répondre aux besoins de sa population a décidé de mettre en œuvre la Z.A.C.C. «  Bon Air » [...]". Les besoins de qui finalement ?

L’opposition socialiste surenchérit en prétextant n’avoir pas pu lire ce fameux rapport (33 pages) reçu la veille du conseil communal !

Ces documents étaient pourtant accessibles à l’urbanisme pour l’enquête publique (du 14 novembre au 14 décembre) ! Nous les avions lus pour vous et largement commentés (lire ici le détail de notre position).

Le Bourgmestre, sachant bien que le vote en urgence d’un tel dossier s’apparente à un passage en force, propose de reconvoquer un conseil communal pour cet unique point début janvier.

Apparemment les élus communaux ont eu peur de devoir revenir à leur métier trop vite car, fissa, le projet a été voté à la quasi unanimité ! Surréaliste vous disiez ??

----------------------------------------

Les étranges mathématiques de la Région Wallonne

Le Bourgmestre a semble-t-il demandé l’urgence afin de répondre à la Région Wallonne qui pressait la commune d’officialiser la compensation de l’extension du zoning par l’affectation de nouvelles terres à l’agriculture.

En ayant attribué 40 ha de plus au zoning de l’europe et maintenant 20 ha pour le bâti du nouveau quartier, comment pouvait-on espérer compenser ces terres perdues pour l’agriculture par de nouvelles terres agricoles ? Simplement parce que les 40 ha de l’actuelle zone (ZACC) Bon Air n’étaient pas attribués au plan de secteur. Donc en les affectant partiellement à l’agriculture dans le projet de quartier Bon Air on crée artificiellement de nouvelles terres agricoles. C’est magique ! Mais ne nous y trompons pas, la surface agricole utile va bel et bien diminuer, POUR TOUJOURS !

 

La démocratie participative à Leuze-en-Hainaut ? C’est pas demain la veille…

Publié le mardi 20 décembre 2016

Lors de la séance publique du conseil communal de ce mardi 20 décembre 2016, j’avais l’intention de faire usage pour la seconde fois cette année de mon droit d’interpellation citoyenne. Le texte intégral de mon interpellation avait été envoyé en temps et en heure à Mr le Bourgmestre et toutes les conditions légales de cette interpellation avaient été respectées. Mon interpellation portait sur le projet de biométhanisation de SIBIOM et qui a été mis à l’enquête publique. Ce projet étant, selon notre groupe, d’une grande importance pour la ville, nous avions pris le soin de l’étudier, d’interroger de nombreux experts, de nous réunir à de nombreuses reprises pour discuter du projet, … Notre groupe avait alors pris une position par rapport à ce projet et émis une série de recommandations. C’est cette position et ces recommandations que je souhaitais exposer en séance publique du conseil communal ce mardi. Une façon, maintenant que le projet a été mis à l’enquête publique, de susciter le débat, au sein du conseil communal bien entendu mais également chez les citoyens. Le texte de mon interpellation est présent dans son intégralité ici :

PDF - 369.3 ko

Et pourtant… Bien qu’aucune notification écrite ne me soit parvenue à l’heure d’écrire ces lignes, il semble que l’interpellation citoyenne n’aura pas lieu ! « Non recevable » m’a dit le Bourgmestre ! « Le collège prendra position mais plus tard » ai-je encore entendu ! C’est vrai que le collège ne doit se prononcer qu’à l’issue de l’enquête publique. C’est vrai aussi que le ROI du conseil communal n’autorise pas, et l’on peut le regretter, le débat lors des interpellations citoyennes. Mais il n’y a là aucune motivation valable pour empêcher au citoyen que je suis d’apporter sa contribution au nécessaire débat qui doit avoir lieu sur le sujet ! La réponse du collège aurait pu être qu’il était trop tôt pour répondre, et le conseil communal aurait pu débattre de ce dossier à l’issue de mon interpellation, sans que je ne participe aux débats. Mais il n’en sera rien ! Il est encore loin le jour où Leuze-en-Hainaut mettra en place une véritable démocratie participative dans laquelle le citoyen a son mot à dire ! Et même où on l’encourage à s’impliquer ! C’est bien joli de pavoiser lors de la mise en place du conseil des enfants, des jeunes ou des aînés… la réalité est toute autre ! Mais peut-être ce flagrant déni de démocratie cache-t-il une autre réalité ! De position sur le sujet, le collège n’en a pas ! Pourquoi ? Parce qu’aucun des élus du collège n’a pris le temps d’étudier le dossier comme nous l’avons fait ! Et ça aussi c’est une réalité bien amère !

 

Campagne de réduction des déchets lancée à Leuze

Publié le vendredi 2 décembre 2016

Ce samedi 26 Novembre, la locale ecolo de Leuze a lance le début de sa champagne de reduction des déchets. Nous produisons tous beaucoup trop de déchet, c’est un fait ! et à Leuze plus qu’ailleurs puisque nous sommes largement au dessus de la moyenne wallonne... (voir ici pour plus de details)

Lors de ce lancement les leuzois pouvaient recevoir un petit fruitier (conseils de plantations ici) et s’inscrire pour la seconde distribution de poules dévoreuses de déchets !

Et l’on peut dire que les leuzois ont répondu presents, puisque c’est pas moins de 200 arbres qui ont été distributes en 2h et que près de 140 foyers ce sont inscrits pour recevoir deux poules au printemps prochain !

Au vu de l’affluence une liste d’attente a même été établie ! Nous pouvons aujourd’hui rassuré tous ceux qui se sont inscrits sur cette liste nous honorerons nos engagements et ils seront bientôt contactés personnellement. Pour rappel, toutes les personnes désireuse de recevoir des poules doivent accepter les engagements décrits dans ce document.

Nous proposons aussi à tout ceux qui le souhaitent de lire nos quelques conseils sur comment bien accueillir leurs volailles :

PDF - 51.5 ko

Mais l’action ne s’arrête pas là ! D’ici peu débutera la seconde phase de notre campagne avec le suivi de plusieurs familles leuzoises qui ont accepté avec nous de relevé le défi du zéro déchet ! ces familles partageront avec vous leurs expériences heureuses ou non et vous permettront vous aussi de très concrètement agir pour limiter vos déchets ! Ces expériences seront publiées via notre page Facebook et sur ce site... N’hésitez pas à nous rendre visite régulièrement...

 

Non, tous les leuzois ne sont pas contre les éoliennes !

Publié le dimanche 18 septembre 2016

Ce lundi 12 septembre avait lieu la réunion d’information sur le projet d’extension du parc éolien de Tourpes/Beloeil. Les débats y ont été animés et il est bien normal que les opposants au projet se fassent entendre et expriment leurs arguments. Mais contrairement à ce que laisse sous-entendre le Bourgmestre, toutes les forces politiques ne sont pas d’accord sur ce point et encore moins tous les citoyens Leuzois. Ecolo Leuze-en-Hainaut estime que, s’il faut entendre les opposants au projet, une place doit également être laissée à ceux qui sont favorables au projet.

Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui qu’une transition énergétique est nécessaire et que nous devons avancer vers un mix énergétique incluant notamment (mais pas uniquement) l’éolien. Bien sûr que Leuze a déjà beaucoup donné, mais en tant que région à haut potentiel éolien, il est normal d’avoir plus d’éoliennes chez nous qu’en plein centre de Bruxelles. Bruxelles qui donne aussi beaucoup par exemple en terme d’emploi, notamment à des leuzois qui vont y travailler et compliquent la mobilité des bruxellois…c’est le principe de la solidarité ! Les habitants de Tihange donnent aussi beaucoup pour le reste de la Belgique… L’extension du parc ne changera du reste rien à l’aspect paysager et les nouvelles éoliennes seront installées dans l’alignement des autres dans une zone extrêmement peu peuplée. Nous pensons réellement qu’il vaut mieux une éolienne à 600m de sa maison qu’une centrale nucléaire à 25 km. Et si l’on veut à terme se libérer de l’utilisation de cette énergie polluante (y compris pour les 200 prochaines générations…) et dangereuse, il est nécessaire, en plus de diminuer nos consommations énergétiques, de développer d’autres modes de production d’énergie. Le vent, contrairement à l’uranium ou au pétrole, ne coute rien et ne peut devenir plus cher à cause d’un conflit à l’autre bout du monde. L’opposition au projet affiché par la commune est de plus tout à fait hypocrite puisque la commune sait très bien que la région aura le dernier mot et que son avis ne pèsera pas bien lourd… mais ça permet de grappiller quelques voix. En tout cas de ne pas en perdre… Pourtant une autre voie était possible ! Celle de l’implication des leuzois dans le projet pour que cette énergie produite ici rapporte aussi ici ! En effet, la production d’énergie éolienne est un des rares modes de production d’énergie auquel le citoyen peut prendre part, notamment via les coopératives. Les parts dans la coopérative Clef ont rapporté cette année 5% ! Bien plus que n’importe quel placement dans le contexte économique actuel et accessible pour un investissement de base faible accessible aux moins nantis ! Leuze profite de plus doublement de ces investissements, via sa participation à IDETA mais aussi via la taxe sur les mats ! 225 000 euros par an aujourd’hui, 60 000 de mieux si 4 nouvelles éoliennes sont installées ! Mais que fait-on de cet argent ? Eponge-t-on les dettes de la Régie Communale Autonome ? Ecolo demande que la rente éolienne leuzoise soit investie dans des projets qui touchent directement les citoyens ! Le réaménagement de sentiers ou de zones cyclables, par exemple vers Tourpes… Ou le financement de projets dans les écoles, la création de plaines de jeux. Pourquoi pas des repas sains, préparés quotidiennement à partis de produits locaux pour les cantines scolaires ? Ou encore le financement des travaux de construction ou de rénovation des maisons de village, du pavillon du parc du coron… les besoins ne manquent pas. On pourrait aussi imaginer qu’une part de cet argent serve de dédommagement, sous forme de part dans la coopérative Clef pour les foyers les plus exposés aux nuisances. Si cet argent revenait directement au Leuzois, les critiquent face aux éoliennes seraient nettement moins nombreuses. Mais voilà, à Leuze on ne souhaite pas informer la population sur ce que l’on fait de l’argent communal ni lui expliquer que la présence d’éoliennes est une chance pour notre commune ! Pas seulement hypocrite la commune, schizophrène même ! On ne peut pas en même temps vouloir créer un quartier durable et balayer d’un revers de main tout projet éolien. On ne peut pas défendre les aspects paysagers et champêtres de la commune et accepter à l’unanimité le projet d’extension du zoning de l’Europe… Le phénomène d’encerclement de la commune sera bien plus réel lors de la mise en œuvre de ce projet que par l’ajout de 3 éoliennes au parc de Tourpes. Trois éoliennes car la 4ème est hors des distances minimales à respecter par rapport aux habitations (fixées à 600m en Région wallonne, 250m en Flandres…), et pour ecolo de facto non acceptable. Bien entendu il y a des limites, ecolo n’est pas favorable à la création de nouveaux parcs sur le territoire de la commune. Et il est primordial que les normes de bruits soient strictement contrôlées et respectées. Mais sur les parcs existants un rendement maximal doit être obtenu !

 

LeuzeArena, pourquoi pas "un espace mixte de loisirs"

Publié le lundi 20 juin 2016

On pourrait épiloguer encore longtemps sur la pertinence du projet LeuzeArena… Nous n’étions (et ne sommes toujours…) pas pour concentrer tous les investissements dans une seule gigantesque structure ! Aujourd’hui, nous nous réjouissons néanmoins de l’ouverture prochaine de ce « temple du sport ». Mais pour que l’enthousiasme perdure il faudra, cela a été souligné, faire vivre ce lieu : pour lui-même mais aussi en harmonie avec les autres sites sportifs de l’entité ! Que vont-ils devenir ? Comment va-t-on faire revenir les clubs qui ont fuis Leuze ? Quel sera le coût d’occupation pour les clubs Leuzois ? Et quid des autres besoins criant de la commune comme la culture… ?

Ecolo fait donc une proposition : osons le rapprochement entre le sport et la culture ! Réinstallons dans les grands espaces encore disponibles de LeuzArena la bibliothèque et/ou le centre culturel qui sont aujourd’hui à l’étroit dans des bâtiments fort vétustes et faisons de ce lieu un « espace mixte de loisirs » pour tous les Leuzois ! Avant qu’on ne nous dise que ce n’est pas possible (subsides différents…), nous indiquerons que cela existe, avec succès, ailleurs en Wallonie (Marche-en-Famenne, par exemple). Il ne s’agit là que d’une question de volonté politique !

 

Interpellation citoyenne du collège communal concernant la mobilité et l’aménagement du territoire à Leuze-en-Hainaut

Publié le jeudi 24 mars 2016

Le conseil communal de ce 22 mars 2016 a été l’occasion d’une première ! En effet pour la première fois un citoyen leuzois faisait usage de son droit à interpeller le collège communal ! Et ce citoyen était bien entendu... un ecolo ! Baptiste Leroy secrétaire de la locale ecolo de Leuze-en-Hainaut a en effet interpellé le collège communal au sujet de la mobilité et de l’aménagement du territoire sur Leuze-en-Hainaut.

Un certain nombre de dossiers importants ont avancé à Leuze ces derniers temps. C’est le cas de l’aménagement de la Grand-Place, de la mobilité cycliste, du parking de la gare,... Mais ces avancées laissent entrevoir un manque criant de planification et de réflexion globale quant à la mobilité à Leuze. C’est un peu comme si l’on construisait une maison en commençant par placer la cuisine, choisir les fauteuils du salon et peindre la chambre, alors même que l’on n’a pas demandé de plan à l’architecte !

En terme de mobilité, le plan de l’architecte, c’est le Plan Communal de Mobilité ou PCM. C’est une étude globale de tous les aspects de la mobilité dans une commune. Le PCM tient compte par exemple de l’engorgement de certains quartiers, de la mobilité des usagers faibles ou à mobilité réduite ou encore de l’offre de stationnement. De manière plus large, le PCM se penche également sur la connexion des différents noyaux d’habitats de l’entité et donc des liaisons entre villages et centre-ville dans le cas de Leuze.

A l’heure où la commune de Leuze-en-Hainaut met sur le métier de nombreux chantiers (la Grand-Place, nouveau quartier durable,...) on se demande pourquoi la commune n’a pas pris le temps de se doter d’un PCM dont le coût de réalisation est minime puisque largement pris en charge par la région wallonne.

C’était l’objet de la question posée ce mardi au collège communal. Et la réponse du Bourgmestre fut simple et peut être résumée comme suit : oui un PCM serait une bonne idée et ce sera sans doute fait un jour. Mais on ne peut pas retarder des chantiers qui ont déjà trop attendu (la Grand-Place...) pour établir un PCM.

Mais pourquoi alors le collège n’a t il pas démarré la mise en place d’un PCM à l’aube de son mandat en 2012 ? La redynamisation du centre urbain et le réaménagement de la Grand-Place était dans leurs promesses électorales ! Il était donc logique de commencer par réfléchir... Gouverner c’est prévoir ! Diriger une commune ce n’est pas juste gérer les affaires courantes ! Si l’on prévoit dans son mandat d’avancer sur un tel dossier on s’en donne les moyens au lendemain de son élection ! Mais à Leuze-en-Hainaut on continue de bâtir sans architecte...

Le texte complet de l’interpellation citoyenne :

Word - 21.8 ko